Archives de Catégorie: Arts Martiaux

Image

FINALE KICKBOXING AISUDAN: COMBAT DES FEMMES

L’adversaire initiale de Cindy Côté n’a pas fait le poids et l’organisation du tournoi aisudan était à la recherche d’une athlète de combat de remplacement pour ce duel télévisé et diffusé partout dans le monde.  Nadia Bossé, ceinture noire de karaté, a accepté le défi. Cela a donné lieu a un bon duel. Bossé (en rouge) n’a pas su résoudre l’avantage de la porté du direct de la main arrière de Côté (en bleu) qui l’a atteint avec force à plusieurs reprises au visage. La faisant considérablement saigné du nez. Bossé tenta de répliquer avec des coups de pieds au visage et au corps. Côté, une gauchère,  a été dominante  et  lui passa le K.O. avec un puissant direct qui envoya Bossé au sol. Très bonne décision de l’arbitre. D’ailleurs, Côté effectuait un excellent transfert de poids sur tous ses directs de la main arrière et c’est ce qui lui procura la victoire.

Ce combat est devenu inspirant et riche en émotions par la démonstration de courage de Bossé qui n’abandonne pas, qui se relève et qui fait de son mieux jusqu’à la derrière seconde pour vaincre l’adversité. Rocky style.

Dans le fond Rocky Balboa / Stallone a raison, c’est ça l’essence des arts martiaux ; croire en soi en n’abandonnant jamais contre l’adversité, se relever et continuer d’avancer en faisant toujours de son mieux ; d’une façon ou d’un autre, nos efforts seront récompensées. 

« Laisse-moi te dire quelque chose que tu sais déjà. Le monde n’est pas fait que de jours ensoleillés et d’ arcs-en-ciel. C’est un endroit très cruel et méchant. Peu importe ta force ou que tu sois un dur à cuire. Ni toi, ni moi ni personne va frapper plus fort que la vie. Elle va te mettre à terre et garder à genou en permanence si tu la laisse faire. L’important ce n’est pas les coups que tu peux donner, mais les coups que tu peux encaisser en continuant d’avancer. C’est comme ça qu’on obtient la victoire. » – ROCKY BALBOA, dans le 6e chapitre de la série, écrit et réalisé par Sylvester Stallone (traduction de l’éditeur).

 C’est principalement pour ces raison que les gens apprécient regarder le sport en général ; pour être témoin de la manifestation de cette attitude de Guerrier qui ne lâche pas et qui fonce. No matter what. Et c’est évidemment surtout dans les sports de combat (boxe, kickboxing, arts martiaux mixtes, lutte olympique)  que cela se manifeste et s’observe le mieux.

LE DUEL ENTRE NADIA BOSSÉ ET CINDY CÔTÉ M’A INSPIRÉ CE MONTAGE PHOTO.

IMG_KK5_Kick_web_Test

QUELQUES RÉACTIONS DES COMBATTANTES SUR FACEBOOK

Capture d’écran 2016-03-24 à 23.11.38Capture d’écran 2016-03-24 à 23.13.17Capture d’écran 2016-03-24 à 22.07.03Capture d’écran 2016-03-24 à 22.07.26

PHOTOS DU COMBAT

IMG_4059009_Kick_web

IMG_3915_Kick_webIMG_443_Kick_web_12IMG_443_Kick_web_13IMG_443_Kick_web_14IMG_443_Kick_web_17IMG_443_Kick_web_18IMG_443_Kick_web_144IMG_443_Kickc_web_IMG_4435_Kick_web_IMG_44333_Kick_webIMG_3442_Kick_webIMG_30_Kick_web_TestIMG_3568_Kick_web_IMG_777_Kick_webIMG_3413_Kick_web_IMG_3418_Kick_webIMG_3435_Kick_web

IMG_3915_Kick_web_IMG_3497_Kick_webIMG_3572_Kick_webIMG_65767_Kick_webIMG_443_Kick_web_10

À LIRE ABSOLUMENT : POUR MIEUX COMPRENDRE LE RETOUR DU KICKBOXING

REGARDEZ LA VIDÉO DU COMBAT ENTRE CINDY CÔTÉ ET NADIA BOSSÉ EN CLIQUANT ICI

Rédaction et photos : Gino A. Vaillancourt, journaliste indépendant fier membre de la Fédération professionnelle des Journalistes Québec depuis plus de 10ans et photographe Professionnel.

Photo grand format / Poster :  Kontact@LeGuerrierModerne.com

VIC THÉRIAULT : L’HOMME DERRIÈRE LE RETOUR DU KICKBOXING

12834712_10153401707816752_1886756147_n
Victor Thériault, 3e dan en jiu-jitsu et actuel entraîneur de kickboxing de George St-Pierre. crédit photo Gary Munden

LE GRAND PROJET

Shaolin du Nord LeGuerrierModerne.com

Moi, en noir, en Argentine en 2006 pendant un camp d’entraînement de 6mois où j’ai étudié le système Shaolin du Nord et le wing-chun.

Il n’est pas rare que plusieurs d’entre nous aient des idées de grandeur, des projets d’envergures. Là où se démarquent les bâtisseurs des rêveurs c’est la concrétisation et la réalisation de ses idées. Je sais très bien de quoi je parle. Lorsque je caressais le projet de me défaire de mes biens, de mon labrador et de mes attaches au Québec pour voyager et partir à l’aventure à la rencontre de maîtres d’arts martiaux pour parfaire mes connaissances et mes habilités ; plusieurs pensaient que j’étais un pélleteux de nuage et que les portes ne s’ouvriraient pas à moi étant donné que je suis un étranger. Et pourtant, ce fut deux de mes plus belles années sur terre et je suis toujours en contact avec mes confrères de kung-fu avec qui j’ai fait des camps d’entraînement de 6 mois en Argentine, 3 mois à New York et un mois à Vancouver et Seattle. Alors, les gens aux grandes idées m’intéressent toujours et je suis toujours le premier à les encourager.

Capture d’écran 2016-03-12 à 23.50.00Étant donc dans le milieu des sports de combats depuis ma tendre enfance et impliqué à ma façon dans la sphère médiatique, j’ai eu vent cet été que Victor Thériault, le frère du grand champion du monde de kickboxing Jean-Yves Thériault, travaillait sur un projet de tournoi amateur pour réintroduire le sport du kickboxing au Québec. Comme je suis toujours intéressé par tout ce qui touche les arts martiaux,  j’ai décidé de le contacter et aller à sa rencontre pour voir de quoi il s’agit.

UN VIEUX LOUP ANIMÉ PAR LA PASSION

C’est dans un grand et beau gym bien aménagé de la rive-sud de Montréal que Victor Thériault m’a accueilli les bras ouverts pour me faire parler de son projet. La première chose qui m’a frappé dans notre discussion, c’est de constater qu’il était réellement et toujours animé par la passion des sports de combat et ce même après des décennies dans le domaine. Je ne parlais pas avec un homme d’affaires qui voulait faire de l’argent. Je discutais avec un vieux loup qui était encore habité par la flamme  des arts martiaux et qui s’ennuyait des combats spectaculaires. Son objectif premier était de faire revivre l’excitement que procurait les galas d’antan où les experts dans l’éxécution de coups de pieds impressionnants étaient mis de l’avant. Ce qui était une idée honorable en soit.

AUSSI À LIRE ABSOLUMENT : POUR MIEUX COMPRENDRE LE RETOUR DU KICKBOXING

AU CASINO DE MONTRÉAL ET POUR LA TÉLÉVISION !

Prochain_IcemanSon idée de faire renaître la pratique et la présentation de gala de kickboxing ne s’arrêtait pas à l’organisation de simple gala comme en voit régulièrement les fins de semaine en boxe dans des petites salles. Oh non. Victor Thériault me parlait de créer le World Combat Arena au casino de Montréal pour y présenter son tournoi. Et pas n’importe quelle compétition, celle dévouée à la recherche du nouveau Iceman, le surnom de combattant que portait son frère Jean-Yves, représentant ainsi la relève du kickboxing. Comme si le projet n’était pas assez d’envergure, le tout devait être présenté pour en faire une émission pour la télévision. Wow.

J’étais sincèrement emballé par l’idée. J’étais d’avis qu’il y avait de très bons pratiquants d’arts martiaux de stand up qui n’avaient pas assez de compétences en lutte au sol pour s’inscrire à compétition d’arts martiaux mixtes et qu’une partie du public boudaient ces galas en raison du manque d’action et d’exaltation qui découlaient des combats au sol. Tout ça faisait du sens et l’objectif premier était louable. Par contre, je n’avais qu’une seule crainte, le financement relié à l’amplitude du projet. Il s’agissait d’importantes sommes d’argent à aller chercher en commandite.

« Un de mes anciens élèves de longue date, Conrad, m’a dit que mon idée marcherait jamais. Surtout, de faire ça le lundi soir. Ça m’a motivé. » – Victor Thériault.

N’étant pas certains de la réelle grandeur que ce tournoi prendrait au final, je prenais régulièrement des nouvelles sur l’évolution du dossier auprès de Vic. J’ai tenté de mettre l’épaule à la roue à ma façon en contactant plusieurs amis personnels et quelques clubs d’arts martiaux que je connaissais pour voir s’il y avait des bons kicker qui seraient intéressés à participer à ce tournoi amateur.

C’EST GRÂCE À LA COLLABORATION DE CES ENTREPRISES ET DE CES INDIVIDUS QUE LE KICKBOXING A PU RENAÎTRE AU QUÉBEC : NOUS LEUR DISONS UN GRAND MERCI !

D’UNE IDÉE AU SUCCÈS : AISUDAN LA CEINTURE NOIRE DES ARTS MARTIAUX

Capture d’écran 2016-03-12 à 23.08.05

12748080_10156563744415258_2098403261576985910_o

Voici le World Combat Arena que Vic Thériault envisageait cet été et qui est devenu réalité. crédit 2photos J-P Béland.

C’est avec beaucoup de travaille que Vic (pour les intimes) avec Peter George, un metteur en scène notoire, que le projet a bel et bien abouti et qu’on peut déjà considérer que c’est un succès. J’ai assisté au premier gala et au dernier. Il y a eu une nette amélioration du calibre des combattants et de la qualité des duels. L’ambiance et la présentation globale du spectacle est la hauteur des expectatives et la fébrilité est au rendez-vous.

12771675_10156563747175258_4448288604665220481_o

La finale qui est le 21 mars promet énormément. J’en suis très heureux pour Victor Thériault parce que je sais à quel point le projet lui tenais à coeur, mais aussi pour revoir un sport de combat spectaculaire qui été trop longtemps relégué aux oubliettes être présenter à nouveau au grand public. Je crois que c’est confirmé qu’il y a aura une deuxième saison de Aisudan et le recrutement d’athlètes devrait être encore plus intéressant.

12834937_10153388731936752_869657383_n

BILLETS EN VENTE AU RÉSEAU ADMISSION / BILLETS DE TABLE : 514 265-5238

RÉDACTION PAR : Gino A. Vaillancourt, photographe et journaliste professionnel fier membre de la Fédération des Journalistes du Québec depuis plus de 10ans. Kontact@LeGuerrierModerne.com

cropped-pub-photographe-protoype.jpg

DOPAGE UFC : CROYEZ-VOUS ANDERSON SILVA ?

VOICI LES MANCHETTES LORSQUE ANDERSON SILVA A ÉTÉ ÉPINGLÉ POUR LA SECONDE FOIS POUR DOPAGE

Capture d’écran 2016-02-27 à 03.32.02Capture d’écran 2016-02-27 à 03.30.54

Capture d’écran 2016-02-27 à 03.31.27

source : rds.ca, août 2015

CONSCIENTISATION DES PRODUITS INTERDITS

Je n’étais qu’un simple sprinter universitaire pour le Rouge et Or et nous avions à chaque année une réunion obligatoire animé par Noël Decloître pour nous informer des règlements anti-dopage, de ce que ce nous avions le droit de prendre comme produit pour nous aider à performer ainsi que de la façon que les tests se déroulaient. Je faisais partie de ceux et celles qui n’étaient pas malheureusement de calibre national (question de génétique et non de technique) dans ma discipline, mais j’étais bel et bien au courant de ce que je pouvais ingérer et ce qui était interdit et de ce qui pouvait fausser les résultats. À l’époque, il y a 15ans, nous avions même été informé des produits autorisés qui avaient été analysés et qui avaient de traces de substances illicites pour la compétition. Bref, si on échouait un test de dopage, c’était vraiment de notre faute.

Capture d’écran 2016-02-13 à 21.52.36Capture d’écran 2016-02-13 à 21.52.58Capture d’écran 2016-02-13 à 21.53.57Capture d’écran 2016-02-13 à 21.58.35

Capture d’écran 2016-02-13 à 21.54.45

image : ufc embedded.

« Je suis contre les produits qui améliorent la performance. Je n’ai jamais pris de produits dopants. Je sais qu’il y a des règles. Je ne pense pas que mon héritage dans le sport changera en raison de ses tests » -Anderson Silva

À LIRE ÉGALEMENT, GSP : ABOLISSONS LES ROUNDS EN UFC

LE CAS ANDERSON SILVA

Quoique c’est possible, je doute fortement que des athlètes de haut niveau souffrent de sérieux problèmes érectiles. Habituellement la circulation sanguine est excellente et le niveau de testostérone est au rendez-vous, sinon leur performance en souffriraient largement. L’histoire est plutôt remplie de récits d’athlètes qui avaient une libido pour tout un village.

Anderson Silva, qui est un athlète professionnel de haut niveau, a également été conscientisé et informé des substances interdites et des aliment a éviter, comme des graines de pavot, pour éviter de tester positif. Il est très difficile à croire que Anderson Silva a accepté de prendre un produit, offert par un ami, provenant de la Thaïlande pour l’aider à mettre son soldat en garde à vue et dont il ignorait à la base le contenu. Franchement.

Nous laisser croire une telle négligence d’une personne très au courant des manières de faire dans le sport professionnel :  c’est prendre les gens pour des imbéciles. Et c’est pourquoi la juge ne l’a pas cru et qu’il a été sanctionné.  Connaissez-vous une seule personne, athlète ou pas, qui prendrait des pilules provenant d’un pays d’Asie, où la contrefaçon est courante, et dont il n’y a pas moyen d’avoir une certitude sur son contenu ? Pas moi. Si vous en connaissez,  il s’agit de désespérée ou de gens qui manquent de jugement. 

Un autre point important. Silva dit être contre les produits qui améliorent les performances. La vérité est que je ne connais pas un athlète qui ne consomment pas certains produits protéinés, de complexe de vitamines, d’acides aminés comme la créatine pour l’aider à récupérer et à mieux performer. En fait, il y a une gamme de produits autorisés qui peuvent améliorer notre potentiel génétique, métabolique et de récupération dont la plupart des athlètes utilisent quotidiennement. Pourtant, Silva se dit officiellement être contre tous ces types de produit…really ?  

Il y a anguille sous roche.

L’HÉRITAGE DE SILVA ENTACHÉ : C’EST UN TRICHEUR

Anderson Silva a beau répéter à qui veut l’entendre que son héritage dans le sport de combat ne sera pas entaché par les deux tests anti-dopages positifs, mais il a tort. Je pense, j’espère que la majorité des gens voient clair dans son jeu. Il n’y a pas de fumée sans feu. Évidemment, les hormones artificielles ne donnent pas à un individu du talent brute, mais l’aident à avoir plus de force, d’endurance et à récupérer plus rapidement. Ce qui a avantagé Silva indéniablement dans l’octogone.

Comme on dit en bon québécois : « tu prends les gens pour des valises avec tes osties de mentries». – un sage dans un bar sportif.

GEORGE ST-PIERRE A ENCORE UNE FOIS RAISON

J’ai un profond malaise à voir un athlète qui s’est fait prendre à consommer des substances interdites qui améliorent les performance se battre aussi rapidement, presque comme si rien n’était arrivé. C’est comme si les conséquences à tricher n’étaient pas significatives. De plus, à quoi ça sert de faire des tests si ce n’est que pour dévoiler les résultats APRÈS le combat ? Bien sûr, c’est pour respecter une logique commerciale. Si athlète est disqualifié, il n’y a pas d’évènement et de grosses sommes d’argent sont perdues.

George St-Pierre a bien raison de militer pour des test de type olympique, c’est-à-dire les meilleurs test pour trouver des substances dopantes, et que les résultats devraient être publics et non garder à la discrétion de la UFC.

À ÉCOUTER CHRONIQUE RADIO, JEAN PASCAL ET L’APRÈS KOVALEV

ET VOUS, VOUS EN PENSEZ QUOI ?

 

 

 

 

 

GSP : ABOLISSONS LES ROUNDS EN UFC

Capture d’écran 2016-01-10 à 16.35.19

George St-Pierre a donné, il y a quelques semaines, une entrevue à l’émission Off the record, animé par Michael Landsberg sur les ondes canadiennes de TSN. GSP affirmait à nouveau qu’à son avis, les rounds de 5minutes, qui sont actuellement en vigueur dans le circuit de la UFC, devraient être complètement abolis et permettre aux combattants de se battre sans limite de temps jusqu’à l’un des deux deviennent victorieux.

Encore récemment, je m’entretenais avec Monsieur Guy Jutras, un homme de boxe de 84ans qui est listé dans boxrec en tant que boxeur, juge, arbitre, inspecteur et superviseur. Ses propos rejoignent d’une façon l’idée de GSP.

LA REPRÉSENTATION D’UN VRAI COMBAT

Dans l’une de nos longues conversations tenues aux petites heures du matin, car nous sommes tous deux des oiseaux de nuit, Monsieur Jutras m’expliquait que la boxe était devenu un sport à travers les années avec des règles et que c’était très bien ainsi, surtout pour la santé des athlètes, mais qu’il ne faut pas oublier une chose importante : qu’à l’origine les duels n’étaient rien d’autre que la représentation d’un vrai combat de rue. Et dans un combat de rue, aucune importance est accordée à ce qui est arrivé au début ou durant le combat pour déterminer le vainqueur. C’est uniquement le dénouement de la fin qui c0uronne le gagnant et c’est pourquoi,  il n’y a jamais de doute sur qui a réellement gagné.

LES AVANTAGES D’ABOLIR LES ROUNDS

Dans plusieurs sports de combat, il est souvent très difficile de discerner qui a été le plus dominant dans un round de 3minutes ou de 5minutes.  Nous pouvons tous nommés plusieurs rounds et combats qui furent très serrés et dont la décision des juges ne furent pas majoritaire et dont la victoire aurait pu aller à l’autre combattant. Le récent combat de Robbie Lawler et Carlos Condit en est un bon exemple. Le fait de supprimer les rounds permettrait d’éviter toute ambiguïté sur l’issue du combat et du gagnant.

Par ailleurs, plusieurs combattants se sont déjà fait sauver par le son de la cloche, la fin du round et l’arrêt obligatoire de 1minute. Il y a quelques semaines, Luke Rockhold était bien monté par-dessus le champion en titre, Chris Weidman, et il le martelait de coups de poing qui atteignaient la cible, un bon ground and pound. Rockhold dominait complètement le champion. Joe Rogan, qui commentait le combat, se demandait ce que l’arbitre attendait pour mettre fin au combat car Rockhold était en mesure de continuer de le frapper jusqu’à la prochaine année bissextile et Weidman ne faisait plus rien. Sauf encaisser. Il n’était question que d’encore une dizaine de secondes de rafale de coups de poing avant que Weidman parte au pays des rêves. Puis l’arbitre intervient enfin.

Tout le monde se dit qu’il était temps qu’il s’interpose. Rockhold, pendant quelques secondes, pense avoir gagné. Mais non, c’était que la fin du round. Cette pause a permis à Weidman de retrouver ses esprits, d’être en mesure de continuer et de lui donner une occasion de changer l’allure du combat. Heureusement, Rockhold a été capable de continuer sa domination et de forcer l’arbitre à mettre fin au combat au round suivant.

UN MEILLEUR SPECTACLE & UN CHAMPION INCONTESTABLE

  Lorsqu’on y pense, l’abolition des rounds en arts martiaux mixtes permettrait au duel de prendre son cour naturellement sans les effets pervers des arrêts forcés. La démonstration de courage et de la ténacité des athlètes, ce dont les amateurs admirent et apprécient grandement pouvoir en être témoin, seraient davantage mis de l’avant et le spectacle en serait bonifié.

La vision de GSP, d’un combat sans round ni limite de temps, augmenterait beaucoup le niveau de réalisme du sport, qui est comme nous le rappel Monsieur Jutras, une image de ce que aurait l’air une bataille en deux individus entraînés et consentants. 

ET VOUS, VOUS EN PENSEZ QUOI ?

LAISSEZ UN COMMENTAIRE, JE JOINDRAI LA DISCUSSION.

Rédaction :Gino A. Vaillancourt, journaliste professionnel et photographe. Fier membre de la  Fédération Professionnel des Journalistes du Québec depuis 2007.

Kontact@LeGuerrierModerne.com

 

POUR MIEUX COMPRENDRE LE RETOUR DU KICKBOXING À MONTRÉAL

AVANT LA UFC,  IL Y AVAIT LE  KICKBOXING

Les arts martiaux mixtes comme les compétitions de la UFC sont devenus, aujourd’hui en 2015, très populaires presque partout sur la planète. Dans beaucoup de grandes, moyennes et petites villes du monde, on y retrouve des clubs de boxe, des écoles de karaté, des écoles de judo et désormais s’ajoute à la liste : des clubs d’arts martiaux mixtes.

En fait, en environ 20ans les AMM ont  passé d’une compétition extrême sans catégorie de poids et où les deux seuls règlements étaient pas le droit aux doigts dans les yeux et de morsure, à une discipline martiale sportive, qui est de plus en plus encadré, pratiquée aux quatre coins de la planète et de surcroît, ayant dans ses rangs une des athlètes féminines les plus populaires de la terre, tous sports confondus, Ronda Rousy, ainsi que des commanditaires majeurs comme Reebok, Burger King, et Harley Davidson.

La génération actuelle, qui est presque née avec l’internet et qui a grandi en regardant des combats d’arts martiaux mixtes sur des écrans de télévision épaisse comme des feuilles de papier, est familière avec les athlètes de la UFC et connait bien George St-Pierre, qui lui aussi est un des athlètes les plus populaires de la planète et est d’ailleurs une grande fierté du Québec. Il faut leur rappeler que sur le plan historiquement, bien avant les UFC, Bellator, Pride, Strikeforce, K-1 et autres de ce monde, les seules façons de se battre dans un sport organisé pendant très longtemps étaient: le judo, la lutte olympique et la boxe. That’s it.

En Asie, dans les années 60, il y a eu une prolifération de diverses compétitions qui incorporaient le mélange de plusieurs disciplines (karaté, muay thaï et boxe anglaise) et dont les règlements pouvaient varier. Pour déterminer le vainqueur d’un duel, les juges se basaient sur le nombre de mise à terre réussi et qui avait été le plus agresseur des deux au lieu du nombre de coups reçus, comme c’est le cas aujourd’hui. Puis, pour permettre les coups de poing au visage, on a incorporé les gants de la boxe anglaise dans les combats.

C’est en septembre 1974 qui a eu lieu le premier Championnat du monde de kickboxing, organisé par la PKA (Professionnal Karate Association, différentes fédérations virent ensuite le jour). On peut dire que c’est à ce moment que cet hybride martial de combat devint officiellement une nouvelle discipline sportive encadrée et pratiquée de la même façon partout au monde. Plusieurs considéraient que ce n’était rien de moins qu’une révolution dans le monde des sports de combat. Ce qui est vrai. À l’époque, nombreux considéraient que l’utilisation des coups de pieds et de coups de poing dans le ring en faisait une discipline plus complète. Et les athlètes se devaient désormais d’être bons avec les deux.

L’arrivée du kickboxing fut un énorme succès et les réseaux de télévisions embarquèrent rapidement pour diffuser des combats. En grande partie parce que ce nouveau sport donnait lieu à des performances très spectaculaires, à comparer à la boxe et la lutte olympique.

AVANT GSP, IL Y AVAIT THE ICEMAN

George St-Pierre est un des combattants d’arts martiaux mixtes les plus connus dans le monde entier. Il a été plusieurs fois champion du monde, considéré le meilleur au monde pendant des années dans la catégorie des 170lb et nous avons pu le voir dans un tas de publicités. Il est devenu rien de moins qu’un ambassadeur des arts martiaux et en plus, il est humble et de chez nous.

C’est important de se rappeler que bien avant GSP, la UFC, l’internet, Facebook,  Twitter, YouTube, la multiplication des chaînes de sport et de ses bulletins de nouvelles en continu ; qu’il y avait un combattant tout aussi dominant : Jean-Yves Thériault.

En raison de  son regard intensément sérieux lorsqu’il chassait son adversaire comme une proie sur le ring et son absence de réaction lorsqu’il recevait des coups, plusieurs le comparaient à un cube de glace indestructible. De là est né son surnom, the iceman. Thériault, qui était compétent en muay thaï, en karaté et jiu-jitsu, a été 23 champions du monde et en 76 duels, il en a gagné 69, dont 61 par knock-out ! C’est des chiffres plus qu’impressionnants. En d’autres mots, the iceman a mis K.O. plus de combattants que plusieurs athlètes de haut niveau ont de victoires. En effet, de nos jours, nous ne retrouvons presque pas de combattant professionnel ayant fait plus de 60 combats (à l’exception de Thaïlandais qui se battent toutes les fins de semaine dans leur pays).

Il n’y a aucun doute que si the iceman avait pu bénéficier de la visibilité de l’internet et des réseaux sociaux d’aujourd’hui, il aurait été davantage reconnu comme un ambassadeur des arts martiaux et son nom aurait été connu par des millions de personnes comme synonyme d’un grand Guerrier et lui aussi son visage aurait été vu dans un tas de publicités.

LE KICKBOXING EN 2015

La pratique des arts martiaux mixtes est le sport qui a connu la plus grande croissance dans les 15 dernières années en terme du nombre de pratiquants et des revenus générés. Faisant beaucoup d’ombrage à la boxe. Ironiquement, malgré toutes les possibilités techniques, les combats qui sont les plus appréciés auprès du grand public sont ceux qui se déroulent debout et non ceux qui se déroulent majoritairement au sol et qui finissent par une clé d’articulation.

Les amateurs préfèrent de loin  être témoins d’une fin de combat par un spectaculaire K.O. découlant d’un coup de pied, genou, coude ou poings. D’un autre côté, beaucoup d’athlètes sont habiles avec des combinaisons poings-pieds, mais manquent de connaissance en lutte au sol pour tenter de participer à des galas d’arts martiaux mixtes. Et c’est là que le kickboxing vient reprendre la place qui lui revient en 2015.

À LA RECHERCHE DU NOUVEAU ICEMAN EN KICKBOXING

Qui de mieux placé que le frère du iceman, Victor Thériault, qui est un pratiquant d’arts martiaux et un entraîneur old school, pour ramener le beau sport du kickboxing au Québec et au Canada.

C’est motivé par une passion indescriptible que Vic (pour les intimes) et son associé, Peter George, ont décidé d’organiser un tournoi de kickboxing amateur, au World Combat Arena du Casino de Montréal, dans le but de dénicher celui qui pourrait être le prochain iceman. Depuis de longs mois, Vic se promène dans les gyms de la province à la recherche de combattants habiles des poings, mais surtout des pieds avec pour objectif de recréer des combats spectaculaires comme nous avons connus jadis avec son frère. Une initiative très louable et dont je pense saura attirer, tranquillement et sûrement, de plus en plus d’adeptes à pratiquer le kickboxing.

Le premier gala a eu lieu en septembre et ce fut un franc succès. La salle du cabaret du casino était pleine à craquer de quelque 500 personnes,  l’ambiance et la bonne nourriture étaient au rendez-vous et les spectateurs ont eu droit à de bons combats. Sans oublier les commentaires du coloré juge invité, Michel Labonté . En voici quelques-uns : « Si t’arrêtais les cheeseburgers, tu pourrais davantage être capable », « c’est ton premier combat et j’aimerais ça que ça soit ton dernier», « quand tu perds au ping-pong ce n’est pas grave, mais tu montes dans un ring et tu perds tu manges une volée. les sports de combat ce n’est pas fait pour tout le monde», « faut faire ses devoirs avant de rentrer dans un ring».

PROCHAINS GALAS DE KICKBOXING

AU CASINO DE MONTRÉAL

 ACHAT DES BILLETS : 25$ / 40$ / Table 500$

ADMISSION.COM / info FACEBOOK « VIC THÉRIAULT »

Rédaction par : Gino A. Vaillancourt, photographe et journaliste professionnel fier membre de la Férédation Professionnelle des Journalistes du Québec.

Kontact@LeGuerrierModerne.com 

Facebook : Gino A. Vaillancourt Guerrier Moderne

UFC 186 AU CENTRE BELL CE SOIR !

LE ULTIMATE FIGHTING CHAMPIONSHIP EST À MONTRÉAL

Qu’on aime ou on aime pas les arts martiaux mixtes et sa plus grosse organisation, il faut tout de même leur accorder que le UFC donne aux amateurs de ce sports les combats que son public veut voir. En d’autres mots, le combat entre Floyd Mayweather Jr contre Manny Pacquiao aurait déjà été chose faite il y a belle lurette et probablement que Dana White nous aurait même déjà présenté la revanche entre ses deux boxeurs s’il était en charge de l’organisation de combats du noble art.

RAMPAGE JACKSON, PAT CÔTÉ, OLIVIER AUBIN-MERCIER VALÉRIE LÉTOURNEAU

Outre le combat principale qui devrait être très étincelant entre Johnson et Huriguchi et Bisping contre Dollaway, on pourra voir le retour de Rampage Jackson, mais aussi des athlètes locaux comme Pat «le prédateur» Côté, Olivier Aubin-Mercier et Valérie «Trouble» Létourneau. Tous doivent gagner ou pour le moins faire une performance honorable pour pouvoir rester dans le circuit numéro un des combats d’arts martiaux mixtes. À noter que Yves Jabouin et Yves Michaud,quoique leurs noms peuvent porter à confusion, sont respectivement d’origine haïtienne et américaine.

Bref, ce sera encore une fois une autre grosse soirée de gala pour les athlètes et les amateurs de sports de combat. Je serai sur place, accrédité comme journaliste et je vous tiendrai au courant des résultats via mon Facebook « Guerrier Moderne».

TWO MMA GUYS TAKE THE STRONG MAN TRAINING CHALLENGE