LE BOXEUR LUCIAN BUTE REVIENT DE LOIN

QUI N’AIME PAS LUCIAN BUTE ?

Le Guerrier Moderne Lucian Bute

Lucian Bute est souvent habillé et coiffé comme s’il était un prince, rien de moins. C’est un gentil homme qui est posé, sensible,  un peu timide, qui ne fait pas de déclaration à l’emporte-pièce et qu’on peut qualifier de doux. En fait, même trop doux selon son nouvel entraîneur Howard Grant qui veut que Bute devienne plus méchant, mean.

Monsieur Guy Jutras, avec qui je suis régulièrement en contact par téléphone et par courriel depuis plusieurs mois et dont je suis fier de le compter parmi mes amis, est allé signifier à Lucian Bute, après la conférence de presse, que dans ses 70 années dans le monde de la boxe, il n’avait pas connu un boxeur aussi aimé du public ( je crois qu’il voulait dire, localement). Champion ou pas. Il faut admettre que sur le plan humain et de sa personnalité, plusieurs aimeraient l’avoir comme gendre et qu’il est difficile de lui trouver quelque chose de détestable.

BUTE ET LE TRAUMATISME DU GUERRIER

Pour le grand public et les gens qui n’ont jamais fait de combat, c’est plus difficile à comprendre ce que Bute a vécu dans le ring contre Carl Froch. Surtout les séquelles profondes que cela lui a laissées pendant des années et qui l’ont hantées lorsqu’il s’est retrouvé à nouveau dans le ring et en situation de danger potentiel. À mon avis, c’est important de saisir son traumatisme pour comprendre l’étape qu’il vient de franchir.

Absolument rien de comparable, mais j’ai déjà perdu une dent durant un combat par un violent coup de poing que je n’ai jamais vu venir et qui m’a mis K.O.,  disons que pendant quelques secondes ma garde était basse et que j’ai cligné des yeux au mauvais moment. Cette blessure et cette commotion cérébrale m’ont énormément affecté pendant des années dans ma vision et ma pratique des arts martiaux. Non seulement en situation de combat, mais également à l’entraînement. Je m’étais juré que cela n’allait plus jamais m’arriver (et ce fut le cas). Néanmoins, pendant longtemps, j’étais très stressé de revivre la même chose et cela m’a rendu plus défensif et très prudent (je m’entraînais beaucoup à bloquer les coups , à anticiper, à me déplacer et à me couvrir). Ma façon d’envisager un combat et du sparring était désormais teintée de l’aspect danger, ce qui m’avait jamais vraiment réellement freiné avant, et avait complètement modifié ma façon naturelle de me battre. Tout comme des années plus tard, j’ai compris à mes dépens, après m’être fait disloqué la mâchoire à deux reprises en l’espace de 3 semaines, qu’un déplacement que je considérais « béton » et un prélude à une technique «finale» ne fonctionnait pas contre des pratiquants d’expérience et de haut niveau. Bref, tout ça pour tenter d’illustrer qu’il y a certaines blessures de guerre qui nous marquent plus que d’autres et qu’il n’est pas évident de les guérir et les mettre derrière nous.

LUCIAN BUTE EST-IL VRAIMENT DE RETOUR ?

En conférence de presse, je l’ai questionné à savoir combien de combats il voudrait faire avant de se retrouver dans le ring contre l’élite de sa catégorie ou en combat de championnat du monde. Sa réponse fut que lorsque son gérant lui dira que c’est le temps, ce sera le temps. J’ai questionné Otis Grant à ce sujet et il m’a dit qu’après un autre combat, il serait prêt.

Par contre, à la conférence de presse, j’ai discuté avec d’autres journalistes et la vérité est que personne n’était convaincu de sa performance contre Di Luisa. Bute dit avoir pris confiance à partir du 3e round. Ce qui a du sens, car dans les deux premiers, il semblait très nerveux et sur la défensive. Mais au moins, Bute a vaincu l’adversaire le plus important : sa propre peur. Ce qui est très bon signe et c’est probablement pour cela qu’il a pleuré après sa victoire, car il venait de franchir, enfin, cette étape cruciale.

Toutefois, je ne crois pas que Lucian Bute sera prêt dans un autre combat pour un adversaire des ligues majeures. Il devra rester actif et faire au moins deux autres combats dans les prochains 6 à 8 mois contre des adversaires respectables et être réellement convainquant. Sauter cette étape serait selon l’avis de plusieurs : une erreur.

Lucian Bute redeviendra-t-il champion du monde ? Ça dépend de quelle ceinture des 168 lb on parle. James DeGale et Artur Abraham sont des grosses pointures, Badou Jack serait l’adversaire que Bute pourrait vaincre…s’il est capable de performer à la hauteur de ses capacités.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s