L’HOMME FORT LOUIS-PHILIPPE JEAN AVAIT RAISON

Christian Savoie, Guerrier Moderne, Louis-Philippe JeanEn 2009, le champion en titre de l’homme le plus fort du Canada, Louis-Philippe Jean terminait sur la 2e marche du podium. Christian Savoie était alors couronné. Jean-François Caron était 3e. J’étais présent dans les coulisses de cette compétition et c’était facile de percevoir les tensions entre Louis-Philippe Jean et Hugo Girard, l’organisateur et seul homme responsable des décisions de la compétition. Girard ne voulait même pas accorder l’accès à sa chiropraticienne. Jean se sentait opprimé dès le départ. Sans compter l’extrême rivalité qu’il vivait à l’époque avec Christian Savoie dans la tente des athlètes.

C’est dans ces circonstances que Jean avait «pété une coche» à Jessen Paulin, arbitre et ami proche de Girard, croyant qu’il lui avait volontairement refusé deux répétitions au vicking press. J’ai encore l’enregistrement audio où Jean est en furie et ne veut rien de moins que mettre un poing sur la gueule à cet arbitre. Il sortit de la tente et se rendit face à Paulin lui criant entre autres : « Do your job right, there is money involve .» Plus tard, le vidéo de la compétition ne donnera pas raison à Jean. Reste que sa réaction était compréhensible dans le contexte.

Après sa défaite, Louis-Philippe me dit en entrevue que c’était une compétition arrangée pour ne pas qu’il gagne. Et ce fut sa dernière participation au championnat canadien.

Quelques années plus tard, je me suis rendu chez lui, à Port-Cartier, à environ 7h de route de Québec. Caméra au poing, je lui ai reposé la question, à savoir s’il croyait encore à ses déclarations qu’il m’avait dit après la compétition. Il cherchait un peu ses mots et tentait de nuancer ses propos. Chose certaine, son inimitié avec Hugo Girard ne lui facilitait pas la vie.

« Pour participer au championnat canadien, il faut être dans les bonnes grâces d’Hugo Girard » – Yanick Normandin, ancien homme fort, en entrevue studio avec le Guerrier Moderne en 2011.

À l’époque, Yanick Normandin, alias le coach, avait remarqué que Louis-Philippe Jean ne se concentrait pas suffisamment avant chaque épreuve, qu’il faisait souvent des erreurs d’inattention qui lui coûtaient cher et qu’il devait travailler sur ce point. Normandin m’a confié en entrevue que Hugo Girard avait remarqué l’aide du coach et par conséquent, il  lui avait interdit l’accès au site pour l’empêcher de conseiller et de bien préparer Jean avant chaque épreuve.

J’étais conscient de la discorde entre Hugo Girard et Louis-Philippe Jean. Mais, je trouvais inconcevable que Jean donne raison à Girard en ne se présentant pas aux compétitions. Surtout qu’en réalité, la grande majorité des athlètes ne sont pas vraiment en bon terme avec Hugo Girard. Le seul qui n’avait pas encore eu de problème avec Girard, c’était Jean-François Caron. L’histoire nous a prouvé que ce n’était qu’une question de temps.

C’était donc injuste que Louis-Philippe Jean n’ai pas à compétitionner devant les siens, en terre québéco-canadienne, pour aller représenter notre nation au World Strongest Man. La plus prestigieuse des compétitions des hommes forts. À la limite, je le trouvais lâche que son différent avec l’organisateur ait le dessus sur sa passion et la pratique de son sport. Il se devait de s’entraîner fort, comme il l’avait déjà fait en compagnie de Jeff Caron avant de remporter son  titre en 2008, et se présenter sur le champ de bataille. Comme un vrai Guerrier. Pour les fans et pour sa carrière. Il était désormais clair que Louis-Philippe Jean ne voulait plus subir cette pression malsaine ni de faire face à son grand rival, pour ne pas dire ennemi numéro 1 : un homme qui n’a peur de rien et qui est prêt à mourir pour être vainqueur, Christian Savoie. À mon avis, Louis-Philippe Jean en avait trop à gérer mentalement sur un site de compétition et son égo n’aurait pas supporté de finir encore 2e ou pire 3e. Lui qui avait fini 4e à une compétition de calibre mondial en 2008 à Montmagny, Fortissimus. Encore là, de son propre aveu, s’il n’avait pas fait d’erreur d’inattention à l’épreuve des boules, il aurait était sur la 3e marche du podium.

Le regard intense de Christian Savoie en direction de Louis-Philippe Jean en dit long. On voit tout de suite que ce n'est pas une rivalité de lutteur !

Le regard intense de Christian Savoie en direction de Louis-Philippe Jean en dit long. On voit tout de suite que ce n’est pas une rivalité de lutteur !

« Moi, je fais des compétitions mondiales. Avec le genre d’épreuve que Hugo met, je ne pourrais jamais redevenir champion canadien.» confiait L-P Jean à Jeff Caron il y quelques années.

À Port-Cartier, dans sa cuisine et devant ma lentille, j’avais sommé Louis-Philippe Jean de s’entraîner et de performer devant les amateurs de force du Québec. Qu’il ne pouvait pas seulement crier sur Facebook être le plus puissant sans se mesurer aux athlètes d’ici et nous représenter à l’international. Il m’avait affirmé qu’en 2012, il ferait un grand retour sur la scène provinciale et canadienne et qu’il n’aurait plus aucun doute concernant qui est vraiment le plus fort du Canada. Toutefois, Jean n’a pas été à la hauteur de ses paroles. Préférant s’entraîner principalement pour le World Strongest Man. En dépit de sa préparation spécifique pour le WSM, il ne réussit à aucune de ses participations à se qualifier pour la finale.

CHANGEMENTS MAJEURS DANS LES ÉPREUVES AU CHAMPIONNAT CANADIEN

« Il y a environ une trentaine d’épreuves d’homme fort qu’on peut choisir pour une compétition. Connaissant les forces et faiblesses de chacun, il est possible d’orienter les épreuves pour favoriser un athlète et largement augmenter ses chances de gagner la compétition.» – Yanick « le coach » Normandin en entrevue studio avec le Guerrier Moderne.

« Pour une fois qu’on pourrait faire une nouvelle marque mondiale ; pourquoi tu ne mets pas plus lourd, Hugo ? Tu ne veux pas qu’on batte tes records.» – Christian Savoie a prononcé ces paroles au micro et devant public au championnat canadien 2013.

La compétition annuelle qui avait pour but de couronner l’homme le plus fort du pays s’est grandement transformée. Les épreuves où les athlètes doivent lever le plus lourd possible, soit une répétition maximale, ont graduellement disparues. Ne permettant pas aux athlètes d’établir de nouveaux records. À la place, au cours de la même épreuve, les athlètes se doivent de lever une série de charges, qu’ils jugent souvent trop légères, et qui augmentent peu à peu. Ce qui crée une préfatigue chez les athlètes les empêchant de lever à leur réelle capacité. Plusieurs athlètes m’ont exprimé leur mécontentement à ce sujet. Si ma mémoire est exacte, aucun record n’a été établi au championnat canadien depuis très longtemps. Questionné, Hugo Girard m’ a affirmé que la télévision ne veut pas de répétition maximale et que les records sont faits pour être battus.

Jay Smith Homme Fort Canadien

Jay Smith tentant de compléter l’épreuve tout en cherchant son souffle.

Scott out

De longues minutes après l’épreuve, Scott Cummine n’était pas encore en mesure de parler.

Les épreuves qui ont pour but de faire état de sa force brute furent remplacées par des épreuves plus longues à exécuter et qui font preuve davantage d’une endurance cardiovasculaire. J’ai en tête le fameux medley de fin de compétition en 2012 où les athlètes devaient faire une distance quasi marathonienne avec des chaînes de bateau, qui semblaient peser plus lourd que le Titanic lui-même. Je n’avais jamais vu un athlète, tous sports confondus, aussi exténués de ma vie. Cette épreuve les faisait vraiment mal paraître.

Jacki Ouellet a manqué de bleuets !

Jacki a manqué de gaz, il aurait dû manger plus de Bleuets pour terminer la dernière épreuve. –

Par ailleurs, depuis quelques années, le soulevé de terre, une épreuve phare dans toutes les compétitions d’homme fort dans le monde entier, a étrangement disparu du championnat canadien. Curieusement, le meilleur au monde à cette épreuve c’est Jean-François Caron, qui a battu tous les compétiteurs élites à plusieurs reprises au World Strongest Man et au Wolrd Cup de la Strong Man Champion League. Ça n’impressionne plus personne de voir un homme lever un camion maintenant ? Ai-je demandé à Hugo Girard au téléphone. Il m’a répondu que c’était en lien avec les demandes des commanditaires.

Jean-François Caron au deadlift« J’avais une bonne relation avec Hugo mais ça l’a commencé à se détériorer quand j’ai commencé à bien performer à des compétitions internationales.» Jean-François Caron en entrevue à Cool FM.

« Ce que Hugo ne comprend peut-être pas, c’est qu’un grand champion doit se comporter en grand champion même après sa carrière. Là, je ne vois pas les signes d’un grand champion.» – Paul Ohl dans un texte de David Rémillard dans Le Soleil.

La somme de ces faits et déclarations publiques jumelés à l’interdiction douteuse de dernière minute d’empêcher Jeff Caron de participer au championnat canadien pour défendre son titre ont eu pour effet de soulever beaucoup de questions à l’endroit d’Hugo Girard. Plusieurs l’accusent de nuire à la génération d’athlètes de haut niveau qui l’ont suivi pour préserver son image d’ambassadeur de la Force et d’en garder le monopole. Ce que Girard nie.

Malgré tout cela, considérant qu’un homme fort se doit d’être prêt comme un samouraï à toutes éventualités sur le champ de bataille, quoique je ne lui pardonne pas son absence des compétitions au Québec pendant des années, je comprends très bien Louis-Philippe Jean ne pas avoir voulu compétitionner aux concours organisés par Hugo Girard. Car, en effet, en plus d’une relation plus que conflictuelle, les épreuves choisies ne lui auraient pas permis de briller à sa juste valeur. D’un autre côté, Jean n’avait qu’à faire comme Savoie et Caron et adapter ses entraînements pour devenir plus endurant. Prêt à tout.

Selon les informations que j’ai reçues, la carrière de Louis-Philippe Jean serait prématurément terminée en raison de problème de santé héréditaire. Il n’y a pas de doute qu’avec son talent et sa génétique, Louis-Philippe Jean avait tout ce qu’il fallait pour finir un jour sur une des marches du podium au World Strongest Man. Il était le plus puissant des épaules au pays et parmi les meilleurs au monde. Il avait également un méga grip (poigne) et un bon bas de dos. Tout pour réussir. Même Hugo Girard est d’accord sur ce point. 

C’est dommage qu’il n’ait pu développer son plein potentiel et c’est triste pour les vrais amateurs de Force de ne pas l’avoir vu performer davantage chez nous, ici, au Québec. Mais, en quelque part, il avait raison de ne plus compétitionner sous le joug de Hugo Girard, lui qui est 6fois champion de ses propres compétitions.

VOUS EN PENSEZ QUOI ? Laissez un commentaire et courrez la chance de gagner un t-shirt !

 

13 réponses à “L’HOMME FORT LOUIS-PHILIPPE JEAN AVAIT RAISON

  1. Jérôme Dupont

    probablement l’article qui va boucler la boucle avec LPJ, enfin tout le casse tête prend place et je tient a féliciter LPJ pour la classe qu’il a démontré dans la situation entre JF Caron et Hugo Girard.

  2. Patrick Longpre

    Bravo pour l article.
    On connait le fond de l histoire avec ça.

  3. Bravo pour l’article.. Je comprend plus maintenant le pourquoi d
    u comment

  4. Vrm Triste, pour les challenger

  5. Francois-Xavier Lemay

    J’avais déjà entendus que Hugo arrangeait les compétitions. J’ai adoré ton article car il met des bonnes preuves sans prendre parti d’aucun côté. Je trouve sa triste pour les athlètes canadiens qu’ils soit limitée par Girard dans les compétitions… Au contraire il devrait aider les canadiens a se surpasser et non leurs « nuire ». Ce n’est qu’une opinion personnelle je ne suis pas un spécialiste mais de tout façon, tout fonctionne comme ça au Québec ce n’est pas nouveau. Ce doit être des mauvaises valeurs qui sont transmises dans cette province.

  6. ça nous eclair beaucoup sur la situation vécu , des hommes forts !!!

  7. Dave Bissonnette

    Je trouve ca plate ce que hugo Girard fait , il empèche l’amélioration de ce sport . Vous faite bien les boys de vous lever contre ces injustices

  8. Hugo Girard ne devrait plus faire partie d’aucune organisation d’hommes forts. Il devrait rester avec ses publicités de BMR! Jean-François Caron est le meilleur! Et Louis-Philippe Jean aurait pu le détrôner, s’il avait pas lâché le sport pour des problèmes de santé ou peu importe la raison. Et Christian Savoie est le meilleur a la brouette! Pour le reste et les prochain athlètes,t’as des épreuves que tu es plus fort et d’autre plus faibles. C’est ça la games! Faut tu travailles sur tes faiblesses et encore plus sur tes forces pour gagner! Ce que Jean-François Caron fait pour être le meilleur au Canada. Tant qu’à moi c’est un athlète complet !

    • Tu as raison Keven, Christian Savoie est de loin le meilleur à la brouette et c’est très dommage que l’organisateur de la compétition ne lui a pas permis de lever plus lourd pour établir une marque mondiale. D’ailleurs, Savoie a dit en prenant le micro devant la foule en 2013 : « Pourquoi tu ne mets pas plus lourd Hugo ? Tu ne veux pas qu’on batte tes records, tu protèges les records de tes amis.» Il avait peut-être du vrai dans ce qu’il dit…

  9. Une petite précision Fortissimus 2008 n’était pas à Montmagny mais à Notre-Dame du Rosaire. Pour le reste votre article est juste.

    • C’est vrai ! Notre-dame du Rosaire. Il y avait une ambiance électrique dans ce petit chapiteau. C’était ma première compétition d’hommes forts auquel j’assistais. Quand Poundstone a levé la pierre de Louis Cyr, le temps s’est arrêté….un moment que je me souviendrais toujours. On était physiquement si près des athlètes durant la compétition. Parmi mon top 10 d’évènements momérable de ma jeune carrière de journaliste.

  10. louis cyr voit il ca d ou il est

  11. Dominique Locas

    J’ai beaucoup aimé Hugo Girard du temps où il était un athlète dominant. Je pense qu’il a du mal à accepter les blessures qui ont mis fin à sa carrière de strongman actif, et que s’il pouvait, il ferait encore des compétitions pour défendre lui-même son championnat (Mark Felix a participé au WSM cette année, à 49 ans). Ce n’est quand même pas une raison pour bloquer les athlètes qui montent. Un grand champion devrait être le premier à venir féliciter celui qui bat son record. Ce n’est pas normal, des championnats canadiens sans deadlift ni max log.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s