« L’ULTIME » RÉPONSE À STÉPHANE LAPORTE

Ne lisez pas ce texte avec un petit creux.

Désolé du délai. Bonne lecture.

S.V.P commentez & partagez

Monsieur Laporte,  vos propos, fondés sur un raisonnement bancal, ont provoqué l’indignation de gens de tous azimuts et n’ont fait que nourrir les préjugés envers ce sport. Vous ternissez volontairement par votre ignorance l’image des athlètes qui pratiquent les sports de combat et qui au contraire mériteraient d’être autant admirés que les joueurs du Canadiens de Montréal.

La quantité incommensurable de commentaires de gens outrés sur votre blogue, sur Facebook et sur Tweeter démontrent à quel point ils sont nombreux ceux qui pensent que vous n’avez rien saisi de la complexité de l’espèce humaine en comparant des pommes avec des oranges.

Lucian Bute a échapé un "tabarnac'' en conférence de presse après sa victoire.

J’aimerais bien que vous rencontriez Lucian Bute et Georges St-Pierre pour leur dire, le plus sérieusement du monde, en pleine face, que ce qu’ils font dans la vie se résume à deux gars qui s’agressent dans un bar à 3h du matin.

Réduire ainsi leur talent, leur dévouement professionnel et tous leurs sacrifices personnels ; c’est leur manquer de respect à eux, à ceux qui en sont inspirés et à tous ceux qui ont un mode de vie similaire.

Capture d’écran 2013-11-25 à 12.56.54

Monsieur Laporte, quoique mes goûts et mes compétences littéraires limitées ne me permettent point d’apprécier vos créations et votre plume à leur juste valeur, j’ai l’humilité de reconnaître votre talent et votre amour pour la langue française. C’est malencontreux que ce soit par cette même plume que vous causiez autant de maux.

COMMENTAIRE ALIÉNANT D’UN INTELLECTUEL

À la suite du combat ayant eu un engouement planétaire entre Georges St-Pierre, un des athlètes les plus en forme de la terre et des plus respecté dans le monde, l’opposant au champion de lutte texan à la gauche dévastatrice et au père de famille qu’est Johny Hendricks;  voici ce qu’avait à dire l’auteur à succès Stéphane Laporte sur son bloque de La Presse concernant ce duel de Guerrier.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR LIRE LE TEXTE

Capture d’écran 2013-11-19 à 14.33.31

Un tel discours vaut la peine d’être décortiqué pour analyser la validité de ses propos et illustrer que cet auteur émérite possède un niveau de compréhension limité, non seulement des  sports de combat, mais aussi sur la globalité de la nature humaine. Lui qui pourtant sait faire rire et toucher le public par sa plume.

RÉACTIONS SUR SON BLOGUE

Capture d’écran 2013-11-29 à 00.04.34

Capture d’écran 2013-11-29 à 00.03.23Capture d’écran 2013-11-28 à 23.57.56

Capture d’écran 2013-11-29 à 00.12.27

CHACUN SA TASSE DE THÉ

Que ce soit le sport ayant la plus grande croissance dans les 15 dernières années dans le monde entier (de plus en plus d’écoles, de pratiquants et de galas locaux), que l’athlète le plus populaire de la terre soit Georges St-Pierre, un combattant du UFC ; ça ne change rien au fait que nous avons tous le droit ne pas aimer. Je suis très bien placé pour comprendre ceux qui n’aiment pas ce sport, qui le trouvent trop violent et sanglant. Je faisais partie d’entre eux jusqu’à tout récemment. Je me souviens, un bon ami m’avait invité à regarder le combat de GSP contre B.J. Penn et je l’avais étonné en lui répondant que je n’étais pas un amateur de ces combats et que je ne regarderai pas.

Benoît Dutrizac, qui est un journaliste que j’apprécie particulièrement, n’aime pas ce sport. Il a dit à son émission de radio hier, qu’il ne s’abonnera pas à la chaîne TVA Sport pour voir le Canadiens d’autant plus qu’elle diffuse des combats extrêmes et qu’il ne veut pas exposer ses enfants à cette violence dans son foyer.

Des arguments légitimes que je partage entièrement. Avoir des enfants, je ne les exposerais pas à ces combats. À des scènes de combat de kung-fu à la Jackie Chan ; oui. Je suis d’avis que les combats UFC ne sont pas une discipline que l’on peut regarder en «famille» comme la course du 100m des Jeux olympiques. C’est plutôt comme le dit le fameux avertissement ; pour un public de 13ans et plus, la supervision des parents est conseillée.

S.V.P. UNE OPINION FONDÉE SUR UN RAISONNEMENT VALIDE

Que vous soyez pour ou contre, c’est votre droit. Là où j’ai un problème, c’est lorsqu’on utilise des arguments qui ne se vendraient même pas au Dollarama de la rhétorique pour couvrir de ridicule ce sport et ses athlètes. Un débat sur la pertinence de l’existence et les raisons d’être de cette discipline dans notre société moderne : OUI. 

Mais pas un débat alimenté par un point de vue qui est construit avec des fausses prémisses. Surtout venant d’une personne instruite et qui de surcroît sait manier l’écriture. Non, merci.

SEULEMENT 5 UFC DANS MA VIE

Malgré le fait que je sois un fervent pratiquant des arts martiaux depuis plus de 20ans et peut-être parce que mon apprentissage a été axé sur le combat traditionnel loin des règles sportives, je n’ai jamais été interpellé par ce sport et j’ai refusé des offres de combat dans ma vingtaine. Ce n’est que cette année que j’ai porté un intérêt pour ce que nous appelons les arts martiaux mixtes. J’avais regardé en direct avec mes grands frères le premier UFC de l’histoire.

J’avais 12ans, c’était l’ère des films d’arts martiaux de Jean-Claude Van Damme avec Blood Sport et Kickboxer. J’avais donc aimé voir des pratiquants de divers styles de s’affronter, peu importe le poids. L’idée que la grande maitrise technique se doit de prévaloir contre un opposant beaucoup plus pesant laissait croire que c’était LE tournoi. Comme dans les films…mais pour vrai.

J’étais sûr que l’athlète de couleur noire, un petit pratiquant du muay thaï allait l’emporter…mais le gros gars du jiu-jitsu a eu le dessus, un peu par chance. C’était super comme concept. L’art qui avait dominé les autres était le jiu-jitsu de style brésilien et l’homme consacré le meilleur combattant était Royce Gracie, un mec sans muscles, mais avec plein de tours dans son sac une fois par terre ! Il y avait eu peu de sang durant la compétition.

J’avais vu le 2e évènement et des extraits des autres qui ont suivi. Avant l’internet, les téléphones intelligents, la seule façon de pouvoir regarder les UFC c’était de louer des cassettes VHS…et encore trouver où les louer ! Ce n’était pas simple, même pour une personne très fervente d’arts martiaux.

Le UFC se voulait à la base une compétition ouverte à tous participants, de tous styles pour s’affronter. L’enjeu était de déterminer quel art martial serait le meilleur de tous. Cette idée me plaisait. Des duels entre maîtres d’arts martiaux et de pratiquants de sport de combat. Ça répondait à la curiosité des gens qui se demandaient comment un judoka, un expert en projection, réagirait contre un boxeur, un spécialiste des coups de poing. Nous étions loin de parler de «sport des arts martiaux mixtes», mais vraiment de quel style de combat serait le plus efficace et triompherait des autres.

Puis, les UFC se sont multipliés rapidement. J’avais vu quelques extraits. C’était devenu une compétition de dur à cuire et de rentre-dedans. C’est peut-être pourquoi j’ai rapidement perdu tout intérêt pour les UFC. La pratique des arts martiaux chinois et de la boxe me captivaient davantage.

Ce n’est que cette année, dans le cadre de mon travail,  que j’ai couvert les deux combats de GSP au centre Bell et j’ai regardé son dernier combat contre Johny Hendricks, Au Coin du Métro avec des amis boxeurs. Tout ça pour dire qu’ en dépit des apparences, je n’étais pas un amateur de combat extrême. Loin de là. De meilleures connaissances des techniques de lutte et mes quelques rencontres avec GSP et d’autres athlètes du milieu ne sont pas étrangères à mon récent intérêt pour cette discipline.

GSP Training 2013 Back Kick web

« C’ÉTAIT SA JOURNÉE D’OUVRAGE NORMAL. »

Monsieur Laporte, GSP est un combattant professionnel depuis une dizaine d’années et il a fait 27 combats dans la UFC seulement. GSP est loin d’avoir eu le visage aussi amoché après chacun de ses combats. Il n’aurait jamais pu se rendre aussi loin s’il avait eu une telle tête après ses victoires. En plus, GSP a une petite peau de bébé, il est sensible. Il enfle et se coupe facilement. De toute façon, ses vraies journées d’ouvrage normales se passent dans un gym où il s’entraîne avec rigueur deux fois par jour avec son équipe. Un peu comme Lucian Bute. Ses combats ne représentent qu’une infime partie de tous ses efforts et de son travail de préparation.

«Cry in the dojo. Laugh on the battlefied» – dicton nippon.

«LA VIOLENCE DEVRAIT-ELLE FAIRE PARTIE DE NOS VALEURS EN 2013 ?»

Quoi ?

La violence est «une valeur» ?

Oui, c’est vrai que deux politiciens fédéraux, qui ne s’aimaient pas la face, se sont mis d’accord pour tenter de se casser la gueule dans un ring et qu’ils ont vendu des billets et que ce fut télédiffusé. Comment expliqué une telle dérape de la part d’idéologues ? C’est une drôle de façon de montrer qui possède la meilleure vision pour diriger le pays.  D’autant plus, il semble que le fait d’avoir joué au politicien qui botte des fesses ne nuise pas à leur crédibilité. En effet, le gagnant devrait même être élu chef du pays.

Mais parle-t-on d’une «valeur en 2013» ?

Tout le monde est pour la vertu comme tout le monde est dégoûté par des actes de violence gratuite et des meurtres par démembrement à la Luka Rocco Magnotta. La preuve,  le monde s’insurge actuellement contre les jeunes cons qui jouent à knock out game, où le but est d’envoyer une droite (sucker punch) à une personne innocente qui passe dans la rue et de le regarder tomber inconscient au sol, après qu’il ait subi une sévère commotion cérébrale. Ça, c’est de la violence et ça écoeure chacun d’entre nous, sauf les psychopathes. Ces sans cervelle, qui manquent de courage, méritent de mettre un casque, un protège buccal et de se faire brasser solidement par un boxeur de leur âge pendant 3 rounds pour qu’ils comprennent un instant ce qu’ils ont fait vivre aux autres. Avec optimisme, ils comprendront peut-être la différence entre demander formellement une personne à un duel consentant et une agression gratuite, sans avertissement.

Reportage de la chaîne ABC sur le jeu knock out game avec des images de caméra de surveillance.

En espérant que ces jeunes abrutis tirent la même leçon que notre futur Premier ministre et le député Brazeau, lui qui voulait initié la violence en proposant le combat et qui fut couvert de honte par sa défaite: que c’est seulement toléré et acceptable de s’envoyer des-droites-dans-face dans un ring. Au son de la cloche, avec la supervision d’un arbitre et d’entraîneurs qualifiés…devant des soit-disant primates arriérés qui vouent un culte à la violence, diraient certains penseurs.

Pas dans la rue. Pas à l’Assemblée nationale. Pas dans un bar. Pas quand t’es saoul raide ou plus coké que Freud. Pas dans un match de hockey ou dans un autre sport. Pas sur une personne innocente. Dans un ring; le seul endroit sur terre fait pour ça et où on est consentant de participer à un duel de Guerriers.

De toute façon, Monsieur Laporte, vous n’êtes pas du tout au coeur du vrai débat. Comme on dit, vous êtes à côté de la track.

CE N’EST PAS UNE VALEUR, C’EST DANS NOTRE NATURE

La violence fait partie intégrante de nous depuis des milliers d’années. C’est la façon de l’exprimer qui a changé dans notre société dite moderne. Au lendemain du combat de GSP, pour illustrer que la nature humaine n’a point changée en 1000 ans, Guy Bolduc, ancien journaliste télé, a écrit :

Texte Guy Bolduc

« Depuis le temps des Romains, dans l’Antiquité, au Colisée de Rome, il n’y a pas grand-chose qui a changé. Du pain, des jeux, des gladiateurs, des victimes, on se défoule, on crie à mort. C’est donc évident que les besoins du peuple en 2013 sont à peu près pareils sauf que Jules César est remplacé par des juges, et la bière coûte 10$.» – GuyBolduc.om

L’anthropologue Serge Bouchard se ferait un plaisir de vous dire que l’humain est un animal. Désormais domestiqué par la vie en société et la culture dans laquelle il habite. L’Homme n’a plus besoin de courir après une proie féroce une journée entière et de faire face à divers dangers pour simplement se procurer de la nourriture. Il va au Costco, il en a pour l’hiver.

En 2013 et depuis longtemps, la violence et la rage de l’humain sont canalisées et exprimées à travers les sports; football, hockey, boxe, le culturisme, le crossfit, powerlifting, etc. Les montées d’adrénaline et d’endorphines que nous éprouvions à chasser le mammouth sont substituées de façon inconsciente par des sauts en parachute et des accélérations débiles à l’aide d’un moteur modifié. Pour ces personnes dites intenses, qui sont très nombreuses, c’est un besoin essentiel dans leur vie. Alors que d’autres types de personnalité, plus tranquille et passive, préfèrent le calme d’une bibliothèque à longueur d’année.Toutes les façons d’être sont tout à fait légitimes.

L’HOMME EST UN ÊTRE DE PULSION

Le chanteur, Dan Bigras, a réalisé un documentaire, Le ring intérieur. Il soutient que l’homme a besoin d’exprimer sa rage, sa colère, ses frustrations. Qu’il est humain de vivre des émotions et qu’il est sain d’évacuer sa colère. Bigras affirme qu’il ne faut pas réprimer cette nature qu’est la nôtre, mais apprendre à la sublimer et l’exprimer de façon socialement acceptable. Les sujets du film disent vivre une sorte de psychothérapie bénéfique qui les aide à se défouler et à gérer leurs émotions intenses au quotidien.

Si ma mémoire collégienne est bonne, Sigmund Freud avait écrit un texte arguant que l’Homme est intrinsèquement violent. Citant toutes les atrocités, les tortures et les tueries de l’histoire pour soutenir son point. C’est un constat universel que la violence fait partie de la nature humaine.  Vous aussi, Monsieur Laporte, vous êtes capable de violence. Un monteur vidéo qui m’a enseigné a déjà été victime d’une vos foudres verbales sans pitié. N’eût été votre chaise roulante, dieu seul sait comment cette colère aurait pu s’exprimer. Mais, c’est la vie et nous avons tous déjà pété les plombs. La différence est que certains individus n’ont pas appris à exprimer leurs frustrations correctement, sans créer de dégâts autour de soi. La violence par le verbe c’est aussi, sinon plus, dévastateur.

«LES GENS ONT PAYÉ POUR VOIR DEUX HOMMES SE SACRER UNE VOLÉE»

Oui. Mais pas deux hommes au hasard, random.

Deux êtres très intelligents ; des athlètes de très haut niveau, des personnes qui ont le coeur rempli de volonté depuis 20ans et ayant surtout un sain désir d’être le meilleur au monde dans leur sport.

Près de moi, j’ai des gens intelligents et sportifs qui estiment que deux hommes qui se tapent dessus, ce n’est pas un sport pour eux. Ils respectent la pratique et la philosophie des arts martiaux traditionnels, mais n’aiment pas aucun sport de combat. Pour eux, il n’y a pas de différence entre la boxe, le muay thaï ou les combats extrêmes. Je respecte entièrement leur opinion et je ne peux qu’être d’accord avec un eux, puisque ce n’est pas vraiment des sports. On joue au hockey, on joue au football. Mais on ne joue pas à la boxe ni dans un octogone.On se bat plutôt pour sa vie…volontairement et par besoin.

Être un Guerrier, c’est un mode de vie, une attitude intérieure qui nous habite depuis notre jeune âge. C’est un état d’être et de se définir ne peuvent ne pas être comprises pour le commun des mortels. Malgré tous les qualificatifs qu’on peut énumérer à une personne pour expliquer la sensation d’un saut en parachute, ce n’est qu’en tentant elle-même l’expérience qu’elle peut vraiment comprendre de quoi il s’agit.

EN QUOI LA BOXE ET LES AUTRES SPORTS SONT-ILS DIFFÉRENTS ?

Monsieur Laporte, qu’avez-vous écrit au lendemain de la défaite de Lucian Bute à Nottingham ? Les images de Bute qui perd tous ses moyens en recevant des violentes rafales de coups de poing à la tête de la part de Carl Froch sont très dures à regarder. Pire encore, Joachim Alcine qui détruit un Stéphane Ouellet qui fini en pleure ensanglanté au sol. Coeurs sensibles s’abstenir. Avez-vous déjà dénoncé le ridicule et la violence de ce sport ?

Pourquoi maintenant ?

L'équipe de George St-Pierre avant son combat contre Carlos Condit.

Que ce soit des coups de poings sur la tête ou des coups genoux dans les côtes, est-ce que ça fait vraiment une différence ? C’est une technique différente, mais c’est exactement la même chose. Les deux disciplines sont encadrées et régies par des commissions athlétiques. Habituellement, quand une personne se fait sacrer une volée, il n’y a pas de règle, ni d’arbitre ni personne pour sonner la cloche et décider quand le calvaire se termine.

Qu’allez-vous écrire au lendemain du combat tant attendu au Québec entre Jean Pascal et Lucian Bute ? Allez-vous prendre la photo du plus amoché pour nous dire que son sport permet de recevoir des coups sur le crâne, que Muhammed Ali est rendu un légume, que des boxeurs en sont déjà morts dans l’histoire… que vous vous sentez mal et vous questionnez sur la violence en tant que « valeur » au Québec ?

Allez-vous dépeindre l’athlète victorieux comme étant un être violent évoluant dans un sport barbare ? Parce que pour vous, Monsieur Laporte, c’est la même chose que deux gars qui se frappent dessus à 3h du matin dans un bar, right ?

La différence est pourtant simple. Dans le premier cas, il s’agit d’athlètes professionnels qui font preuvent de stratégie, de discipline, de contrôle technique et émotionnel. Dans l’autre, des gars ayant bu de l’alcool qui perdent le contrôle, qui ne réfléchissent pas et qui soudainement se mettent à garrocher des droites (ou d’en cogner un sans avertissement, c’est qui est souvent le cas). Sans motif, sans honneur, sans finesse et sans classe. Just for the fuck of it.

PIRE : VIOLENCE SOURNOISE ET DÉVASTATRICE

Par ailleurs, le football et le hockey où les joueurs essaient sans cesse de frapper l’autre, de lui rentrer dedans avec le plus  de vitesse et de force possible…en espérant, sans honte aucune, de lui faire assez mal pour qu’il reste par terre un instant, bien ébranlé, le temps que les fans crient à mort, qu’il se relève péniblement et qu’il ne joue plus de la partie. La foule hypocrite espère que l’athlète ne soit ne pas blessé trop sérieusement. Voir Max Pacioretty inconscient sur la glace après un plaqué «règlementaire», c’est extrêmement violent et ça marque non seulement de jeunes enfants, mais des adultes qui n’étaient pas supposés d’être exposés à cela. C’est ça la réalité.Max Pacioretty Max Pacioretty

Bountygate

Ce joueur des Saints célèbre puisque son plaqué lui vaudra des milliers de $$ en bonus, si le joueur est blessé pour la partie.

Beaucoup d’équipes ont leur lot de joueurs qui ne cherchent qu’à blesser, à faire des actes violents pour soi-disant déconcentrer l’adversaire. Un pseudo génie a même élargie le concept de fair-play et de sécurité dans le sport avec le tristement célèbre Bountygate. L’entraîneur des Saints de la NFL, Sean Payton, avait élaboré un système de récompenses en argent pour ceux qui réussissaient à blesser les joueurs adverses. Et plus la blessure était importante, plus le montant était élevé ! Payton, cet homme d’une grande intégrité, fut félicité de ses nobles initiatives par une suspension d’ un an. L’ensemble de son oeuvre est visiblement incompris puisqu’il a amplement mérité d’être bani à vie de toutes organisations sportives.

C’est à ce moment que ces sports de contact perdent ses lettres de noblesse et deviennent du rentre-dedans violent et sans éthique en comparaison aux sports de combat.

«COMME ON PEUT S’EN SACRER DANS UN BAR À 3H DU MATIN»

« Salut Gino, c’est vrai qu’il y a moins de batailles de nos jours, surtout dû au fait que les jeunes sont plus encadrés. De plus, les clients portent plainte plus facilement et ça, les clients le savent. Ils se retiennent donc un peu plus lorsque vient le temps de se battre, question d’éviter du trouble. » – le gérant Dagobert à Québec depuis ans. 

Juste comme ça, quand des filles renversent leur vodka-canneberge à 12$ sur leur belle robe, quand des gens reçoivent du sang sur leurs vêtements, que des femmes sont bousculées à cause d’une échauffourée stupide, que tous les portiers se mobilisent pour prendre contrôle des lieux, qu’il y a des dommages et que la police fait des arrestations ; on est loin de dire que tout le monde s’en sacre. L’inverse, ça fait suer tout le monde.

Ça brise la soirée de bien des gens, puisque justement, on considère tout ça comme un acte violent, lourd de conséquences et qui n’a plus sa place, en 2013. Il existe un tas d’endroits pour se défouler, pousser de la fonte, pour frapper sur des sacs et faire du combat de nos jours. Nous ne sommes plus à l’époque où on pouvait casser la jambe d’un con qui cherchaient le trouble et rester finir son verre au bar, pendant le portier appelle un taxi pour notre nouvel unijambiste.

Les jeunes, aussi dépravés qu’ils puissent avoir l’air, sont conscients qu’un coup-de-poing-dans-la-face, c’est des accusations pour voie de fait et bien des problèmes. La race de gars qui cherchaient souvent à se battre dans les bars est probablement en grande partie remplacée par la nouvelle race de gars qui pratiquent des arts martiaux mixtes. Même type de gars, mais issu d’une autre génération. Ces personnes n’ont plus besoin de se battre dans les bars et en dehors du gym, parce qu’ ils trouvent souvent leur compte en s’entraînant au quotidien pour participer à des galas amateurs.

«JE ME SENS MAL QUAND JE REGARDE CETTE PHOTO. ET VOUS» ?

Georges St-Pierre vs Carlos Condit en conférence de presse

Georges St-Pierre m’a lancé un long regard après sa victoire contre Carlos Condit. J’avais l’impression de recevoir une leçon tacite d’un Guerrier. Indescriptible. Jamais je n’oublierai.

Oui, j’ai des frissons qui parcourent mon corps quand je regarde la tête de GSP après son combat contre Hendricks. Tout comme j’étais sans mots, ce qui est rarissime, quand GSP était à côté de moi une heure après son combat contre Carlos Condit. L’humble combattant que je suis, a voyagé et fut des plus heureux de pouvoir se frotter contre des vieux loups et des combattants redoutables. Résultat de mon plaisir : la mâchoire disloquée à 3 reprises, perte  de 2 dents, de morceaux de dent, blessé 6 mois aux genoux, maux de dos, problème aux pouces (très douloureux) sans compter les classiques des lèvres fendues, doigts dans les yeux et bosses sur le pied (surface plane du pied qui frappe un coude). J’ai grandi intérieurement grâce à ces affrontements et si je voulais éviter les blessures, j’aurais dû apprendre à jouer du piano.

J’ai donc une bonne idée de ce que c’est de manger une volée dans un combat et tenter de rester debout contre un adversaire de niveau. La première chose qui me frappe quand je vois le visage de Georges St-Pierre après son combat c’est : à quel point il est déterminé et prêt à tout pour gagner. Pour être le champion. Une volonté de fer peu commune. Je connais des vrais Guerriers, des gens qui ont des couilles qui auraient cru sage de ne pas continuer au 5e et dernier assaut pour ne pas risquer d’hypothéquer sa santé. Comme Joe Fraizer qui a concédé la victoire au 14e round à Ali, à Manille aux Philipines, parce que sa vie et sa santé en dépendaient. Aucun journaliste n’a osé mettre le courage et la détermination de Joe Fraizer en doute. No one.

Tout comme personne n’aurait critiqué Georges St-Pierre pour avoir pensé à sa vie, à son cerveau, à sa tête ; d’avoir reconnu et respecté les limites de son corps. Mais GSP est un Guerrier qui se fiche complètement de quoi aura l’air sa tête, ses coupures et son corps le lendemain du combat. Son seul objectif est d’être le meilleur dans son sport et ne pas décevoir sa famille, son entourage et ses fans. Il est prêt à tout pour ça. Georges St-Pierre est un athlète très courageux.

Monsieur Laporte, moi, je me sens mal que des personnes ne puissent pas en prendre conscience.

Si tout le monde était prêt à faire autant de sacrifices pour atteindre leurs rêves et de constamment travailler fort pour se surpasser comme GSP le fait ; l’ensemble de la collectivité s’en trouverait probablement amélioré.

Beaucoup de gens comprennent en regardant la photo de GSP que son visage est le résultat d’une détermination, d’une volonté de Guerrier, d’une conviction profonde de ne jamais abandonner. Jamais.

C’est la raison pour laquelle il est tant admiré dans le monde entier. Son parcours est exemplaire de persévérance et d’efforts soutenus à travers le temps. Ce qui lui a permis d’accomplir son rêve : d’être le meilleur combattant au monde.

Je me sens très mal pour la personne qui associe l’athlète qui a un mode de vie et une saine philosophie à un gars qui a trop bu à 3h du matin, qui perd le contrôle et qui lance des crochets pour se sentir mâle alpha. Oui, j’ai mal quand je vois ce genre de commentaire qui alimente volontairement l’ignorance et encore plus lorsque ça provient d’une personne bénéficiant d’un grand auditoire pour propager des sottises.

« UN HOMME DOIT-IL VRAIMENT ENDURER ÇA POUR NOUS DIVERTIR ? »

Si GSP avait gagné dans la première minute par une soumission technique, Monsieur Laporte, vous n’auriez pas eu grand-chose à écrire. Ça aurait été un bon moment de nous montrer que vous avez de meilleures raisons que celle que vous avez évoquées pour ne pas apprécier cette discipline.

Les sports de combat ce n’est pas fait pour tout le monde. N’est pas combattant qui veut non plus. Suivre des cours ne fait pas de vous un combattant, encore moins avoir une ceinture noire. On est Guerrier ou bien on l’est pas. Ça n’a rien à voir avec les muscles ou les arts martiaux, c’est une attitude. C’est pourquoi lorsque questionné sur qui représente le plus ce qu’est un Guerrier Moderne, parmis de nombre choix d’athlètes, des centaines d’internautes ont voté pour Martin Luther King Jr et Gandhi fut le grand gagnant.

Ce qui est impressionnant, outre votre commentaire qui offense presque tous les athlètes, c’est que les entraînements de ces athlètes sont plus éprouvants que leur combat. La question à se poser est : sommes-nous vraiment conscients de la souffrance que les athlètes doivent subir pour offrir des performances publiques d’un tel niveau ? Ce qui concerne également les athlètes olympiques.

Nous apprécierions si dorénavant vous vous concentriez à commenter surtout votre domaine d’expertise puisque votre petitesse d’esprit limite clairement votre capacité à comprendre l’ensemble des motivations et de la nature humaine, ce qui vous fait écrire des propos qui manquent profondément de véracité et de pertinence.

Comme disait mon directeur d’école secondaire, un grand homme : À chacun son métier et les vaches seront bien gardés.

5 réponses à “« L’ULTIME » RÉPONSE À STÉPHANE LAPORTE

  1. Faut pas en demander trop à Stéphane Laporte il fait juste copier les émissions qui existe dans les autres pays depuis des années !!!!

  2. Beau texte il est dommage que du monde comprennent toujours pas ce qu’est le sport de combat et tout ce que ça implique pour les athlètes. Des journaliste de salon comme Laporte il y en a plusieurs hélas, comme Marc De Foy qui a écrit un torchon similaire à celui de Laporte la semaine suivant le dernier combat de GSP. Ces gens là sont publié dans d’important éditoriaux, ce qui est encore plus troublant est qu’on les laisse publier ce genre de cochonnerie…

  3. excellent uppercut dans le menton de Mr Laporte. Chapeau Gino.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s