DAVID LEMIEUX : LES DÉFIS DE SA CARRIÈRE

Collaboration spéciale de Yan Toulouse, un vrai amateur de boxe.

Revenant vainqueur de son dernier combat sans couleur contre le grand Marcus Upshaw (6 »4), le jeune pugiliste de Montréal s’apprête à faire face au plus gros défi de sa carrière.

Qui est-ce ? Le Colombien Jose Miguel Torres. Est-il bon ? Il a 27 victoires, 5 défaites, mais 24 victoires par KO. Donc, oui.

David Lemieux n’est pas le type de combattant à reculer devant les défis. Je vous ai dressé une liste de ces principaux faits d’armes par ordre chronologique depuis le début de sa carrière :

1- Vs Elvin Ayala, Lemieux l’emporte contre toute attente, avec un solide KO dès le premier round

2- Vs Hecto Camachio Jr, encore une fois, Lemieux en surprend plus d’un avec un terrassant KO au 1er assaut; c’est alors que David se forge une solide réputation de cogneur en Amérique du Nord

3- Arrive le grand jour, l’affrontement contre un boxeur de calibre mondial ayant affronté l’élite, le renommer Marco Antonio Rubio. Pendant 5 rounds, le Québécois s’amuse avec le Mexicain comme Rocky et sa pièce de viande surgelée. Rubio encaisse comme un surhumain. Je n’arrivais pas à comprendre comment un humain pouvait encaisser les attaques de Lemieux si longtemps. Au 7e round, catastrophe ! Rubio casse le nez du pugiliste québécois et oblige Russ Anber, son entraîneur, de lancer la serviette. Cette défaite amère vient fragiliser la relation de Lemieux et Anber. Le réputé entraîneur déclare que son poulain manque cruellement de rigueur à l’entraînement et d’un commun accord, chacun prend sa route. Marc Ramsay dirige depuis le jeune prodige québécois.

4 – Huit mois plus tard, Lemieux affronte l’ancien champion mondial et autre boxeur local  » Ti-Joa » Joachim Alcine. La majorité des amateurs de boxe et les fins connaisseurs ne donnait pas cher de la peau d’Alcine avant cet affrontement. Coup de théâtre ! Dès le premier le son de la cloche, nous avons eu droit à un superbe combat. Un Alcine digne de ses plus belles années offrit un combat spectaculaire à Lemieux. Tous deux livrèrent une solide performance, mais Alcine l’emporta par décision majoritaire, une décision des juges encore aujourd’hui controversée. Certains crièrent au vol, croyant que Lemieux l’avait emporté et tandis que les autres affirmaient qu’Alcine avait livré le meilleur combat de sa carrière et méritait amplement la victoire. Amer de cette décision ambivalente, c’est un David Lemieux, clairement affecté qui arrive au vestiaire frustré, et sous le coup de la colère se fracture la main d’un coup de poing au mur.

Humble de ses 2 défaites consécutives, Lemieux a du se refaire une confiance avec des adversaires moins reconnus. Des boxeurs de bon calibre certes, mais rien d’extravagant. Une remise en forme était de mise afin d’augmenter sa force mentale, et quelques rounds d’expérience ne pouvaient certainement que lui faire du bien. David Lemieux est assurément victime de son propre succès. Dans le monde de la boxe, peu de boxeurs sont prêts à affronter un boxeur qui peut ruiner de longues années de travail par un seul coup de point ! La force de frappe reconnue de Lemieux nuit un peu à son cheminement professionnel. Craintifs, plusieurs opposants intéressants ont décliné ses offres d’affrontement.

Revenons à nos moutons, le nouveau défi, le 6e aspirant IBF, Jose Miguel Torres.

Les deux pugilistes devaient initialement s’affronter le 8 février 2013 dans le cadre d’un  » Friday Night Fights  » sur ESPN, mais sa main fracturée l’a contraint à annuler le combat. Très dommage, car cette visibilité américaine aurait pu être très payante pour notre québécois.

Maintenant, David doit être convainquant contre Torres et doit prouver au monde entier qu’il ne sait pas qu’il n’est pas juste un slugger, mais qu’il sait également démontrer une technique sans faille qui l’aidera à traverser plusieurs rounds contre un adversaire coriace.

À 24 ans, il a encore son avenir entre ses mains et c’est le cas de le dire. Arrivera-t-il à demeurer l’agresseur et non l’agressé et ainsi l’emporter contre Torres ?

Nous le saurons le 30 novembre prochain au Colisée Pepsi en sous-carte du gala mettant en vedette l’affrontement Adonis Superman Stevenson vs Tony Bellew.

Ladies and gentlemen,

Bonne boxe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s