MANQUE DE PROFESSIONNALISME

LE CAS DES ATELIERS LUDIK

Quotidiennement, comme beaucoup de journalistes indépendants et de rédacteurs en chef, ma boîte de courriels est bombardée de communiqués de presse, d’info lettres et d’invitations à des lancements de toutes sortes provenant autant du milieu culturelles que sportifs. C’est donc souvent l’embarras du choix. J’opte ainsi de couvrir un atelier offert par Mario Morin, un réalisateur, sur l’art du storytelling. L’atelier a lieu à Montréal, ce dimanche. En tant que journaliste et réalisateur, c’est un sujet que je juge intéressant et dont je serais en mesure de trouver un médium pour en faire le compte rendu et promouvoir cet atelier auprès d’intéressés potentiels.

« VOUS ÊTES SUR LA LISTE DES INVITÉS SPÉCIAUX, AIMERIEZ-VOUS UNE ENTREVUE ÉGALEMENT ? »

Alors comme d’habitude, j’entre en contact avec la personne des communications en mentionnant que j’aimerais, si c’est possible, couvrir le lancement de leur atelier sur le storytelling. Un courriel concis. Le lendemain, sans aucune question, la personne responsable des communications m’écrit en me confirmant que je suis sur la liste des invités spéciaux et m’offre la possibilité de faire une entrevue avec le conférencier, Mario Morin. J’accepte volontiers et je note à mon calendrier professionnel et ajuste mes obligations en conséquence.

«APRÈS VISITE DE VOTRE SITE WEB (…) NOUS DÉCLINONS VOTRE OFFRE»

À moins de 24h de l’évènement, je reçois un courriel des Ateliers Lukik. «Nous sommes allés visiter votre site internet et nous ne voyons pas trop le lien de nos ateliers avec vos couvertures médiatiques habituelles. Pour cette raison, nous allons décliner votre offre.» Cette affirmation, qui est légitime, aurait dû venir AVANT de me confirmer ma présence sur la liste des invités spéciaux. La personne des communications n’avait qu’à me demander des précisions sur la couverture que je comptais faire et pour quel média.

DEUX CLIQUES ET DEUX MINUTES AURAIENT SUFFI

Outre les photos clairement en évidences sur ma page d’accueil, en quelques cliques de souris la personne des communications aurait pu apprendre que je suis réalisateur d’un documentaire, que j’ai réalisé des courts métrages, que j’ai publié des textes sur le métier de journaliste et je fais des chroniques culturelles pour divers médias depuis 2004 (plus exactement, depuis que j’écris pour le journal de l’école). Photographies de spectacle à l’appui. Ce qui justifie amplement ma motivation et mon intérêt pour le lancement de cet atelier.

SIMPLEMENT UN SITE WEB ET NON L’ÉVENTAIL DE MON TRAVAIL

Mon site web, http://www.LeGuerrierModerne.com, ne représente qu’une partie de mon travail de journaliste. Je couvre d’autres sujets que le monde sportif pour d’autres médias.  Il suffit de faire quelques cliques et de lire quelques minutes pour en prendre conscience. Malgré mes efforts, c’est simplement impossible de publier les chroniques radios et les vidéos que je fais durant les 5 dernières années sur mon site web. Ce site web n’est qu’une vitrine de ce que je fais et non la somme mon travail.

DOMMAGE

Certains auditeurs, internautes et plusieurs de mes contacts sur les réseaux sociaux qui oeuvrent justement dans ce milieu auraient probablement aimés m’entendre parler de cet atelier sur le storytelling. D’un autre côté, on peut dire que c’est fait. Par ailleurs, «l’art de raconter par l’image et la voix» aurait été un titre d’atelier probablement plus apprécié par le Conseil de la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s