Volé et battu à Montréal, en plein jour.

Vidéo quasi intégrale d’une agression violente de plusieurs hommes sur un seul individu. (provenant de Youtube et diffusé à la télévision)

LA SÉCURITÉ URBAINE & LES MÉDIAS

Dans les cours de communication publique à l’université Laval, on apprend que la sécurité des villes en Amérique du Nord ( plusieurs facteurs sont comptabilisés : les vols violents, agression, nombre de crimes contre la personne, etc) a augmenté de près de 80 % alors que la couverture médiatique des crimes, elle a augmenté de l’ordre de 400 %. Chiffre que M. Dumas d’Influence Communication, un courtier en nouvelles, serait en mesure de mieux préciser et d’expliquer. Le ratio reste le même toutefois. Plusieurs professeurs, dont Charles Moumouni et Jacques Rivet, nomment ce phénomène la logique médiatique ; la loi de la démesure. En d’autres mots, un train qui arrive à l’heure n’intéresse personne.

Ainsi, la diffusion quasi intégrale d’une longue et violente agression de plusieurs hommes contre un seul individu fait partie d’une logique médiatique. Aurait-il été plus convenable d’uniquement mentionner l’agression et ne diffuser que quelques secondes d’image vidéo ? Cela devient une question d’éthique journalistique.

Beaucoup vous diront qu’effectivement, cela aurait été plus adéquat. Les téléspectateurs curieux ou assoiffés de violence auraient pu aller directement sur le web pour tout voir la scène en question.

Des agressions violentes et sauvages se produisent encore en plein jour. Et ce, même si Montréal est reconnue comme étant une des villes les plus sécuritaires en Amérique. Parmi les gens présents, personne n’a le courage de s’interposer pour secourir l’homme battu. Au contraire, on le filme à l’aide de téléphone cellulaire.

L’AUTODÉFENSE LA CLÉ OU L’ ILLUSION ?

Des cours d’autodéfense aurait-il pu être utile la victime ou à une personne présente de lui venir en aide ? Ce n’est pas si simple.

Sifu Allan Che-Kong Lee, un professeur de kung-fu établi à New York, prétend que l’atout numéro 1 dans les arts martiaux; c’est d’avoir des couilles. Car selon lui, connaître quelques techniques ou faire des acrobaties (fancy moves) ne donne pas de réel courage à une personne pour agir. Le courage doit être forgé à travers de pénibles entraînements. En somme, la personnalité de la victime et la gestion de ses émotions en sont pour beaucoup.

Il ne faut donc pas penser que le fait de pratiquer un art martial depuis des années, d’avoir une ceinture noire et des médailles de championnat nous permet d’être en mesure de réagir efficacement dans le cas d’une agression dans la rue. C’est une illusion. L’existence de plusieurs cas le prouve. Je reviendrai sur le sujet.

Textes à venir : Psychologie du Guerrier & Victime et ceinture noire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s