JUAN MANUEL MARQUEZ VS MANNY « pacman » PACQUIAO III

La réaction de Pacquiao après la fin du combat prouve en quelque sorte qu'il savait qu'il n'avait pas vraiment eu le dessus sur Marquez.

Marquez vs Pacquiao III La réaction de Pacquiao après la fin du combat prouve en quelque sorte qu'il savait qu'il n'avait pas vraiment eu le dessus sur Marquez.

À la fin du gala Pacquiao vs Marquez III , j’ai dit, et ce à quelques minutes après la fin du combat, à François Duguay qui était présent avec son entourage à la Cage aux Sports, l’entraîneur de « APOU « Pier-Olivier Côté le nouveau Champion IBF , que je croyais que Marquez avait gagné et qu’il était un meilleur combattant que Pacquiao dans l’ensemble.

Marquez contre-attaquait brillamment et efficacement. Il avait plus le contrôle du combat globalement, et ce même si Pacquiao pouvait l’atteindre de façon explosive au visage.

J’ai lu plus tard ce que Russ Anber a écrit sur rds.ca/boxe que 17/20 des analystes de la boxe près du ring lors du combat avait donné Marquez vainqueur de ce 3e duel avec Pacquiao.

Manny Pacquiao est une machine, d’où son surnom ‘pacman’, il mange tout sur son passage de façon robotique. Mais ce qui fait la force de Manny Pacquiao c’est également ce qui cause sa faiblesse. Pacman pour surprendre et pour déployer son explosivité – sa force ; il compromet parfois son équilibre et sa position – sa faiblesse.

Dans les arts martiaux, on ne peut se permettre se genre de chose de compromis puisque notre adversaire n’est pas règlementer à user seulement ses bras comme projectile pour atteindre l’autre, il peut le tirer vers lui durant un coup, le pousser pour le déséquilibrer et le faire tomber au sol. C’est extrêmement plus complexe.

C’est pour ces raisons, à mon humble avis, que les pratiquants d’arts martiaux traditionnels seraient plus favorable et en accord pour élire Juan Manuel Marquez comme le meilleur combattant  entre lui et Manny Pacquiao, qui est toutefois plus athlétique que Marquez. 

Je ne sais pas si c’est le même raisonnement qu’à eux les 17 personnes sur 20 mentionnées par Russ Anber dans son texte, mais ça me semble une analyse valable dans ce cas et à envisager, prendre en compte lorsque nous sommes juge dans un combat championnat quelconque.

Toutefois, la foule observe les  » statiques visuelles’ que l’oeil d’une personne qui n’a jamais mis les gants sur un ring de boxe pour pratiquer le noble art ou exprimons-nous directement ; monter les marches d’une arène et frapper, voir fesser sur une personne dans le cadre d’un combat de boxe ou d’arts martiaux quelconque, ne peut réussir à comprendre les astuces et ne peut probablement pas déceler  l’agilité bien exécutée et détecter naturellement tous les aspects d’un combat. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut absolument savoir et avoir boxé pour comprendre ce qui se passe dans un ring.

Cet individu qui n’a jamais expérimenté ce sport décrié comme barbar par plusieurs sur certain point. D’ailleurs, l’animateur de radio du FM93, Gilles Parent a affirmé en onde qu’il ne tolère pas la violence visuelle de ce sport a offrir et qu’il lui est impossible de regarder les combats de ce genre, même ceux organisés ici à Québec avec les athlètes comme Lucian Bute et Jean Pascal. Un point de vu qui se défend bien, surtout avec les images de boxeurs ensanglantés qui sont martelé de coups.  

En revanche, ça peut aider à mieux distinguer les caractéristiques techniques des boxeurs. Les mecs armée de leurs poings gantés font plus que propulser leur bras vers la tête de l’autre. Tout est subtil. La boxe aussi, c’est pourquoi l’oeil averti peut arriver à une meilleure analyse et à conclusion basé sur une observation technique plus adéquate. Stephan Larouche, entraîner de Lucian Bute , est excellent dans ce domaine, c’est l’un des meilleurs pour analyser la technique et les erreurs d’exécution de adversaire de ses poulains. Quoiqu’il m’a avoué à la caméra que ses tactiques qu’il voulait déployer avec Éric Lucas sur le boxeur mexicain Librado Andrade n’ont pas fonctionné. Larouche a mentionné que Andrade était le type de boxeur qui mettait constamment de la pression et qui testait plusieurs fois les angles de ses coups pour atteindre la cible.

À lire prochainement :

1) Pourquoi Andrade a perdu.

2) DOSSIER SPÉCIAL SUR LA PSYCHOLOGIE DU BOXEUR – LEMIEUX VS ALCINE, À PARRAÎTRE SUR LeGuerrierModerne.com

( SVP, remarquez que le prénom de Stephan s’écrit SANS « e », alors ne par le porter à mon attention. MERCI)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s